Présentation

UNE QUESTION DE TEMPS DE PAUSE, D’OUVERTURE ET DE SENSIBILITE

Au sein du monde vaste et divers de la photographie, ma préférence va plutôt vers les images qui ne sont que le résultat de choix élémentaires : le choix d’un lieu et d’un moment, le choix d’un cadre et d’un instant.

J’aime ainsi des photographies qui ne sont le fruit d’aucun travail d’invention ou de création. Produits directs de l’observation, elles ne sont la traduction d’aucune expression consciente. Elles sont le résultat d’une simple curiosité, de vigilance et d’un peu de patience, qui ont conduit à capturer des tranches dans l’espace et dans le temps, au milieu d’une réalité bien souvent ordinaire. 

De tels actes photographiques peuvent être vus comme des petites leçons de philosophie. Ils nous prouvent qu’un peu d’étonnant, de beau, d’émouvant est bien accessible autour de nous, si on reste prêt à prendre le temps nécessaire pour voir et ressentir : prendre un temps de pause (et de pose), s’ouvrir aux autres et à son environnement, développer sa propre sensibilité. Des photographies qui justifient, alimentent et renforcent ainsi l’amour de vivre.

_____________________________________________________________________________

Je suis un photographe amateur et un amateur de photographies.

Je reste très attaché à l’argentique, avec le rapport au temps que cette pratique impose : on s’autorise peu de déclenchements, puis on patiente et on travaille pour découvrir enfin l’image sur le film et la planche contact.  Et que dire des chaleurs du tirage qu’on ne trouve pas encore avec le numérique. Mais je ne rejette pas le numérique avec toute la souplesse et la sécurité qu’il offre. Question de contexte et de circonstance. Côté appareils, je ne suis pas accro de la technologie et j’aime surtout les boitiers photos (de plus en plus rares !) qui savent rester simples. A vrai dire, il faut avant tout se sentir à l’aise avec son outil qui n’est là que pour fixer ce que le regard a détecté.

Afin de contraindre ma propre pratique photographique, je m’impose certaines règles. Je recadre très rarement les photographies lors du tirage. Je développe et tire moi-même toutes mes photos en me limitant la plupart du temps à des ajustements de luminosité et de contraste. En fait, je suis un « classique », sans doute parce que je ne me sens personnellement pas capable de m’exprimer correctement dans un univers plus créatif.

Les commentaires sont fermés.